Alors que pour des motifs fallacieux, elle décide de fermer la cagnotte de cinq militants identitaires lourdement condamnés pour avoir occupé le toit d’une mosquée en chantier pourtant gérée par les islamistes de l’UOIF, la plateforme de financement participatif Leetchi autorise des groupuscules islamistes à financer la construction de mosquées radicales.

C’est par exemple le cas de la mosquée salafiste As Sounna, fermée par le Préfet des Bouches du Rhône pour « apologie du terrorisme » et propos « légitimant le djihad armé », qui a pourtant bénéficié d’une cagnotte Leetchi pour financer ses activités. Ou encore de la mosquée radicale de Roubaix qui a recueilli 8000 € grâce à ladite plateforme alors qu’elle a tenté d’accueillir le Cheikh Mohammed Ramzan Al-Hjiri, interdit de séjour en France jusqu’en 2050 pour des prêches contre « les mécréants » et les femmes. On peut enfin citer l’exemple d’une école coranique illégale située à Mulhouse et fermée à la suite de l’ouverture d’une information judiciaire qui a également utilisé la plateforme Leetchi.

Ces trois exemples sont affligeants et démontrent que des plateformes de collecte de fonds échappent à tout contrôle interne et à toute surveillance de la part des services de police. Ce laxisme inouï dans le contrôle de l’origine et la destination des fonds, constitue une grave menace pour l’ordre public et pour la sécurité de chaque Français. Compte tenu de ces révélations, on peut légitimement craindre que certains sites participatifs de récolte de dons soient détournés en vue de financer des activités djihadistes voire peut être le financement du départ d’apprentis djihadistes en Irak et en Syrie. Les députés du Front National demandent donc que la plateforme Leetchi fasse toute la lumière sur l’utilisation de certaines cagnottes et qu’un audit approfondi soit réalisé sur le fonctionnement de tous les sites de financement participatif.

Bruno Bilde

Bruno Bilde

Député de la 12e circonscription du Pas-de-Calais.
Membre de la commission des affaires sociales.

Adhérent au Front National en 1991 dès l’âge de 15 ans, il est élu conseiller régional du Nord Pas de Calais en 2010. A l’issue de la victoire de Marine le Pen à la tête du Front National, il devient son directeur de cabinet. En 2014, il contribue à la victoire de Steeve Briois à la mairie d’Hénin Beaumont et est élu adjoint en charge de la communication. Il occupe de nombreuses fonctions au sein du Front National (membre du bureau politique, membre de la commission d’investiture).
En 2017, il est élu député de la 12ème circonscription du Pas-de-Calais avec 55.07% des voix face à la candidate d’En Marche.

Voir tous les articles

VOS DÉPUTÉS

  
  
 

  

 

Suivez le Front National

les grands sujets